L’Ambassadeur de l’Union européenne à Kinshasa, Nicolás Berlanga-Martinez, lors d’une intervention à la chaîne allemande DeutscheWelle, a reconnu que la majeure partie des minerais exportés par le Rwanda est d’origine congolaise. “Tous les rapports indépendants montrent qu’au moins, 80% des minerais qui sont exportés par le Rwanda, sont d’origine congolaise”, a-t-il précisé.

Là où le bât blesse, c’est la toute récente signature du protocole d’accord, le 29 février 2024, par la même Union Européenne avec le même Rwanda accusé par elle. Tenez-vous bien, ce même Proticole d’accord a pour objectif “de renforcer le rôle du Rwanda” dans le développement de “chaînes de valeur durables et résilientes pour les matières premières critiques.”

Toujours selon la même UE, ce Protocole vise à valoriser l’exploitation des minerais par le Rwanda. Elle qualifie même le pays de mille collines d’être « un acteur majeur au niveau mondial dans le secteur de l’extraction de tantale, produisant également de l’étain, du tungstène, de l’or et du niobium, et dispose de réserves de lithium et de terre rares”.

L’on assiste éberlué à un double mensonge.

Primo tout le monde sait que la richesse du Rwanda limitée en grande partie au café et au thé ne peut s’étendre au 20% du volume réel de minerais commercialisés par le Rwanda avec les puissances occidentales.

Secondo dire une chose ( 80% de minerais rwandais sont d’origine congolaise) et décider en même temps de signer des accords commerciaux pour acheter ces minerais volés dans un pays étranger donnent sérieusement matière à réflexion. Cette politique de dire une chose et son contraire est un indice significatif du mode opératoire de l’UE qui souffle le chaud et le froid pour continuer à protéger Sinona accroître ses propres intérêts.
La guerre douce c’est aussi cela : un jeu de mensonge et un art subtil de duperie.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *