. PLUS DE 20 BARRIÈRES TENUES RESPECTIVEMENT PAR DES WAZALENDO ET FDLR. UN CALVAIRE INIMAGINABLE POUR UNE POPULATION DÉJÀ MARTYRISÉE.

  • Les témoignages en provenance de la province du Nord-Kivu sont alarmants. Sur les 240 kilomètres de route qui séparent la ville de Goma au territoire de WALIKALE, l’on compte environ 20 barrières payantes.
  • ⁠La plupart de ces barrières illégales et injustifiées sont contrôlées par des genocidaires FDLR (rwandais) autrefois appelés INTERAHAMWE, aujourd’hui alliés de Kinshasa. C’est eux qui y font la loi. À chaque passage, ils exigent entre 10 et 20.000 Francs Congolais, soit l’équivalent de 8$ USD par personne ou par famille.
  • ⁠Des témoins en provenance de WALIKALE affirment que les WAZALENDO ne sont pas du tout dans la logique de libération de la République Démocratique du Congo. Ces « patriotes » sont plongés dans un business d’enrichissement illicite sur le dos de la population. Ils en tirent d’énormes avantages et ont oublié l’urgence de la guerre.
  • ⁠Même les déplacés de SAKE endurent des tracasseries de tous ordres dans leurs courses pour la survie quotidienne de leurs familles respectives. Les WAZALENDO leur exigent argent et ration tous les jours. Ce qui perturbe la quiétude des habitants au point de se demander où se situerait la différence entre les « PATRIOTES » et les « REBELLES ».
  • ⁠Les mêmes témoins soulignent curieusement qu’au niveau de MUSHAKI, agglomération tenue par les forces de l’ALLIANCE FLEUVE CONGO (AFC), il n’y est érigé qu’une seule barrière de contrôle et qu’à ce niveau la population vaque paisiblement à ses occupations. Même témoignage au niveau de MWESO où le départ des troupes gouvernementales laisse enfin les habitants en paix.
  • ⁠La CASE constate que le gouvernement de TSHISEKEDI est incapable d’assurer la sécurité des entités sous son contrôle et lui demande de laisser Corneille NANGAA assurer la transition politique pour la préparation des élections crédibles en République Démocratique du Congo.

« C’EST MAINTENANT LE TEMPS DE CHANGEMENT »

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *