N.B. L’Afrique du Sud qui vient de perdre deux militaires au front vient d’envoyer 10 bataillons des 3,000 militaires dans le Nord-Kivu en dotant à l’expédition militaire de la SADC un budget colossal des 2 milliards des rands l’équivalent d’1 milliard des dollars américains avec deux mandats politiques clairs, nets et précis il s’agit d’une part de mettre officiellement fin à l’agression du mouvement terroriste du M23-Rdf et d’autre part, d’établir officieusement un État de droit démocratique en lieu et place de l’État voyou du Rwanda du génocidaire Paul Kagame.

Le diplomate Eugène-Richard Gasana fut ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Rwanda en République fédérale d’Allemagne, avec accréditation simultanée en Autriche, Bulgarie, Russie, Hongrie, Pologne, République tchèque et en Roumanie.

Le diplomate Eugène-Richard Gasana a été président du Conseil de sécurité des Nations Unies en avril 2013 et juillet 2014 où il laissa que des bon témoignages de tous ses collaborateurs au siège des Nations unies à New York (USA).

En 2015, le génocidaire Paul Kagame changea brusquement la constitution du Rwanda pour briguer un troisième mandat et se faire président à vie, un seul rwandais se leva contre lui c’est le diplomate Eugene-Richard Gasana qui s’opposa à ce projet loufoque et devient la bête noire du génocidaire Paul Kagame.

Le 18 août 2016, le président rwandais limogea toutes affaires cessantes sans rien remettre en solde des tout compte au diplomate Eugène-Richard Gasana de son poste à New York (USA) et le rappela au Rwanda, ce dernier opposa une fin de non-recevoir et ne retournera plus jamais à Kigali, il resta en Occident où finalement il décida de rejoindre l’opposition rwandaise en exil le RNC du Général déchu Kayumba Nyamwassa.

Congolaises et congolais séchez vos larmes et mettez au fond de vos réfrigérateurs une bonne bouteille de champagne puisque sous peu on parlera du génocidaire Paul Kagame dans le passé et où qu’il aille, cette énergumène qui est atteinte d’une tumeur cancéreuse au cerveau sera arrêté pour répondre par-devant la justice des crimes imprescriptibles qu’il a perpétré en toute impunité en République démocratique du Congo.

Il s’agit bien entendu des :

  1. Crimes de génocide;
  2. Crimes contre l’humanité;
  3. Crimes de guerre;
  4. Crimes des viols contre les enfants mineurs et les personnes âgées;
  5. Des nombreux cas des traitements cruels, inhumains et dégradants;
  6. Des exécutions sommaires et extrajudiciaires;
  7. Des crimes économiques notamment des nombreux pillages des ressources naturelles de la République démocratique du Congo en vue de financer en toute impunité les activités terroristes dans les pays des Grands Lacs;
  8. Des empoisonnements des opposants politiques ressortissants du Rwanda réfugiés à l’étranger.

N.B. Une des puissances militaires occidentales est en train de chercher un pays d’exil pour accueillir ce criminel patenté pour tous les services qu’il aurait rendu aux sociétés multinationales de son pays…

Juste un petit clin d’œil pour faire mal au génocidaire Paul Kagame, Chef de l’Etat voyou du Rwanda

Est-ce que les congolaises et les congolais se souviennent encore des paroles prophétiques que prononça le Président de la République démocratique du Congo SEM Félix Antoine Tshisekedi à Gaborone (Botswana) ?

Pour vous rafraîchir la mémoire, voici donc in extenso les propos que prononça le Président de la République démocratique du Congo SEM Félix Antoine Tshisekedi durant un voyage d’Etat au sujet du criminel génocidaire Paul Kagame devant la communauté congolaise de Botswana :

“Un autre Président dirigera le Rwanda” tels étaient in extenso les propos que prononça le Président Félix Antoine Tshisekedi à Gaborone (Botswana) devant la communauté congolaise.

Et voici aujourd’hui le Président Félix Antoine Tshisekedi reçoit en audience Eugene-Richard Gassana, un opposant farouche au régime sanguinaire du Rwanda qui vient de recevoir l’onction des Chefs d’Etats et des gouvernements des 16 Etats membres de la SADC et d’une des puissances militaires qui était autrefois le soutien farouche à ce criminel génocidaire qui est en train de se repentir pour conserver ses intérêts stratégiques en République démocratique du Congo.

Kigali est dans tous ses états voyant de mauvais œil la réception d’Eugene Richard Gassana par le Président Félix Antoine Tshisekedi.

Dans une lettre qui porte la signature de Vincent Biruta, datée du 12 février 2024, en pièce jointe, le Ministre des affaires étrangères du Rwanda écrit toute honte bue au Président du Conseil de sécurité des Nations unies Carolyn Rodrigues-Birkett en ces mots pathétiques :

  1. Le Rwanda exprime son opposition au soutien de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) à la Force de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), déployée dans l’est de la RDC, et a officiellement saisi le Conseil de Sécurité des Nations Unies.
  2. Le Conseil de sécurité des Nations unies a chargé la MONUSCO d’examiner les moyens de fournir un soutien logistique et opérationnel limité à la Force de la SADC.
  3. Le Rwanda appelle le Conseil de Sécurité à éviter l’escalade du conflit dans l’est de la République démocratique du Congo en ne réexaminant pas la demande de soutien logistique et opérationnel à la coalition dirigée par les Forces armées de la République démocratique du Congo.
  4. Le Rwanda pointe du doigt la persistance du conflit dans la région, attribuant la responsabilité à la communauté internationale pour avoir ignoré les causes profondes du conflit.
  5. Le Rwanda averti la Communauté internationale que le soutien logistique et opérationnel de l’ONU renforcerait la volonté de la République démocratique du Congo de rechercher une solution militaire plutôt qu’une solution négociée et pacifique de la crise.
  6. Le Rwanda met en garde contre les dangers d’une telle initiative, notamment l’érosion de tout règlement pacifique de la crise, la résurgence de confrontations ethniques et le risque de conflit régional.
  7. Le Rwanda était prêt à jouer son rôle dans le soutien à une résolution pacifique du conflit dans l’est de la République démocratique du Congo, tout en prenant des mesures préventives et défensives contre les intentions déclarées des présidents de la République démocratique du Congo et du Burundi de renverser le gouvernement du Rwanda et contre la menace des forces génocidaires rwandaises opérant dans l’est de la République démocratique du Congo.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *