La décision de l’Afrique du Sud de déployer des troupes en République Démocratique du Congo (RDC) pour contrer l’avancée du M23, un groupe rebelle soutenu par le Rwanda, a provoqué des remous dans la communauté internationale. Cette intervention militaire, qui s’inscrit dans un contexte de tensions croissantes entre l’Afrique et l’Occident, soulève de nombreuses questions quant à ses implications géopolitiques et ses potentielles répercussions.

L’Afrique du Sud, puissance économique et militaire du continent africain, a des intérêts économiques importants en RDC.

Le pays a investi des milliards de dollars dans les infrastructures et le développement de la région, et la convoitise des matières premières de la RDC par l’Occident est perçue comme une menace directe pour ses intérêts. De plus, l’instabilité dans l’est de la RDC affecte la sécurité de ses ressortissants et entrave le développement économique régional.

Le M23, soutenu par le Rwanda et ses alliés occidentaux, est considéré par l’Afrique du Sud comme un groupe terroriste qui cherche à déstabiliser la RDC et à piller ses ressources naturelles. L’intervention militaire sud-africaine vise donc à protéger ses intérêts économiques, à contrer l’expansion du M23 et à garantir la sécurité de la région.

L’histoire se répète?

Le déploiement de troupes sud-africaines en RDC rappelle la “Bataille de Cuito Cuanavale” en Angola en 1988. L’Afrique du Sud, craignant l’expansion du communisme à ses frontières, s’était alors engagée dans une bataille rangée contre les forces cubaines et angolaises. La “Bataille de Cuito Cuanavale” a été l’une des plus grandes confrontations militaires d’Afrique et a marqué un tournant dans la guerre froide.

Le conflit en RDC pourrait devenir un nouveau front dans la confrontation géopolitique entre le BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et l’Occident.

La Tanzanie, membre de la SADEC (Communauté de Développement d’Afrique Australe), a déjà interdit le transit de la logistique polonaise vers le Rwanda par son port. La Russie et l’Iran, alliés du BRICS, pourraient également s’opposer à l’intervention occidentale en RDC.

L’Afrique du Sud n’est pas seule dans ce combat.

La Tanzanie, la Russie et l’Iran sont prêts à soutenir l’Afrique du Sud contre l’ingérence occidentale dans les affaires africaines. Le conflit en RDC pourrait devenir un nouveau front dans la confrontation géopolitique entre le BRICS et l’Occident.

Vers une nouvelle guerre froide en Afrique?

Le déploiement de troupes sud-africaines en RDC et la position ferme du BRICS font craindre une nouvelle guerre froide en Afrique. L’avenir de la RDC et de l’Afrique tout entière dépendra de l’issue de ce conflit.

Avertissement :

Le déploiement de troupes sud-africaines en RDC est un développement majeur qui pourrait avoir des implications géopolitiques importantes. L’avenir de la RDC et de l’Afrique tout entière dépendra de l’issue de ce conflit.

MUYUMBA LUTEYA

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *