Ambassades européennes en ébullition, rapatriement des ressortissants, regain d’intérêt pour les ressources congolaises : la situation à Goma cristallise les tensions et les contradictions d’une Europe en proie à ses propres démons.

D’un côté, l’humiliation face à la Russie. L’illusion de puissance s’est brisée face au “général Hiver”, exposant la fragilité d’une Europe dépendante des ressources énergétiques. L’échec cuisant en Ukraine, où la Pologne a servi de pion dans un jeu géopolitique complexe, sonne comme un avertissement.

De l’autre, l’appétit insatiable pour les richesses du Congo. Le regard occidental se tourne à nouveau vers Goma, convoitant ses ressources naturelles comme une bouée de sauvetage face à la crise énergétique. L’ombre du Rwanda plane, rappelant les alliances troubles et les intérêts néocolonialistes qui hantent l’histoire du continent africain.

L’Europe, puissance fantôme ?

L’inaction face aux massacres et à l’instabilité qui gangrènent l’Est de la RDC expose l’impuissance d’une Europe incapable de tenir ses promesses de sécurité et de développement. La realpolitik cynique prend le pas sur les valeurs humanitaires, laissant les populations locales à la merci des milices et des groupes armés.

Le peuple congolais, sacrifié sur l’autel des intérêts étrangers ?

L’histoire se répète tragiquement. Le Congo, riche de ses ressources mais pauvre de ses droits, devient le terrain de jeu des puissances étrangères. L’exploitation des richesses naturelles se fait au détriment du développement humain et du bien-être des populations locales.

Un réveil impératif !

L’Europe doit sortir de son illusion de puissance et assumer ses responsabilités. Le paternalisme et l’exploitation néocoloniale ne sont plus acceptables. Il est temps de bâtir des partenariats équitables et respectueux avec les pays africains, basés sur la solidarité et l’aide au développement durable.

La RDC n’est pas un coffre-fort à piller, mais un pays avec un peuple digne et des aspirations légitimes.

L’avenir de l’Europe ne se jouera pas dans les salons feutrés de Bruxelles, mais dans sa capacité à se réinventer et à construire des relations justes et durables avec le continent africain. La tragédie de Goma est un avertissement : l’heure du changement a sonné.

L’Europe doit choisir : puissance arrogante ou partenaire responsable ?

Le destin du Congo, et de l’Afrique tout entière, est en jeu.

MUYUMBA LUTEYA

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *