C’est déjà depuis décembre que le fleuve Congo est sorti de son lit et les eaux sont montées à 6 mètres de leur niveau ordinaire. Des quartiers entiers sont immergés à Kinshasa et Congo-Brazzaville n’est pas épargné. De la superbe île Mbamou, on ne voit plus que les toits de maisons. Les festivités de Noël et de Nouvel An se sont passées loin de leurs domiciles. Mais ce climat de morosité ne durera pas longtemps, car la Coupe d’Afrique des Nations( CAN) viendra donner du baume aux souffrances des riverains.

À titre de rappel, les Diables Rouges du Congo-Brazzaville étaient tombés in extremis lors des éliminatoires de la CAN 2023 en faisant un match nul contre la Gambie en septembre 2023. Leurs voisins les Léopards de la République Démocratique du Congo, quant à eux, vont y participer et c’est deux semaines avant le vol des léopards à Abidjan que l’humoriste rdcongolais Herman Hamisi va inventer la formule “ restez surveiller le fleuve” qui va faire mouche.

Le fleuve continue à gonfler et à menacer le destin de deux peuples riverains. “Pendant notre absence, vous les Brazzavillois, restez surveiller le fleuve (Congo) ! Vous n’avez rien à faire. Puisque vous ne serez pas à la CAN, on vous demande de surveiller le fleuve” tel est le contenu de la courte vidéo publiée par Herman Hamisi et récupérée par millions de vues par la toile, rendant cette phrase virale sur les réseaux sociaux.

“ Eh! Restez vigilants! Surveillez bien ce fleuve! la formule va être récupérée par les congolais de deux côtés qui habitent Kinshasa et Brazzaville. La blague reste donc conviviale des deux côtés du fleuve. La plateforme “Congolais TV” de Brazzaville montre ainsi dans plusieurs vidéos les différentes ethnies du Congo arborant les couleurs nationales en train de surveiller le Congo.

On y précise même les horaires de surveillance du fleuve. Le lundi ce sont les Vilis, le mardi, les Bémbés, le mercredi c’est au tout des Lari, le jeudi les Tékés puis le vendredi les Mbochis et samedi les Punu et les Makoua. Hamisi a mis en place une organisation et un agenda calibré pour le plus grand bonheur de ses fans. Les Laris doivent être là pour surveiller le fleuve : “On ne badine avec notre héritage”, s’était exprimé le comique. On voit même le président Dénis Sassou Nguesso faire son devoir citoyen au bord du fleuve Congo.

Le dimanche est réservé à la diaspora. Serge Ibaka, champion de la NBA en 2019 avec les Toronto Raptors, né à Brazaville, joueur congolo-espagnol de basket, s’est donc prêté au jeu. Affuté sur une pirogue, le grand Serge Ibaka est bien là pour “surveiller le fleuve” et apporter son soutien aux Léopards, l’équipe nationale de la RDC. “Nous sommes là. On va bien surveiller le fleuve”, a-t-il posté sur twitter. Alain Mabanckou, le célèbre écrivain congolais natif de Pointe-Noire, affiche, à partir de l’aéroport de Los Angeles où il travaille, une photo de lui en train de décoller pour Brazzaville où il va accomplir son devoir civique de surveiller le fleuve pendant que les léopards défendent l’Afrique centrale.

Au-delà de sa charge humoristique et hilarante, la formule “surveillez le fleuve” exerce plusieurs fonctions.

D’abord elle aide à dédramatiser les nombreuses souffrances et les effets collatéraux que des inondations du fleuve Congo font subir sur les populations de deux Congo. Beaucoup de quartiers de Kinshasa et de Brazzaville se sont transformés en Venise d’Afrique. Désormais c’est par pirogue qu’on passe d’une maison à une autre, d’un quartier à un autre. Les deux peuples voient leurs sites touristiques, leurs il outils industriels immergés dans l’eau mais ils refusent de sombrer dans la dépression. En utilisant cette formule humoristique, les deux peuples ont choisi d’utiliser l’arme de la dérision et de l’humour pour prendre leur mal en patience et attendre la fin des crues et la reprise d’une vie normale.

Cette formule “Surveillez le fleuve “ joue également la fonction de résorber les antagonismes à la sauce congolaise, sous forme de DERBY, auxquels se livrent bien souvent les deux capitales lors de grands événements historiques. C’est un peu comme Milan AC contre Inter de Milan; Manchester United contre Manchester City et Real Madrid contre Barcelone. Cette fois-ci le derby du fleuve sera donc joué pour cette CAN 2024 sur le terrain de l’humour et des réseaux sociaux. Les supporters de la RDC espèrent aller jusqu’au bout. Depuis la Côte d’Ivoire l’artiste Herman Amisi compte sur ses voisins pour encourager les Léopards. “On est encore là chers voisins. Bisous les Brazzavilois. Bisous ! Continuez de surveiller le fleuve. Cette CAN est à nous !”.

Cette CAN est à NOUS ??? c’est-à-dire aux deux Congo. Enfin cette formule pour humoristique qu’elle soit, indique la communauté de destins entre ces deux peuples portant le même nom, partageant la même histoire séculaire depuis des siècles et divisés provisoirement à la conférence de Berlin par la politique colonisatrice de la France et de la Belgique. Des bisbilles, des querelles entre les deux Congo n’ont jamais eu raison de leur conscience d’être un seul peuple, de porter le même nom, de parler la même langue et de chanter et de danser la même rumba.

Et c’est principalement pour cette raison que durant cette CAN les cœurs des congolais d’en face à Poto Poto ou à la Buenza, à Pointe-Noire ou à Oyo ne battent pas pour l’équipe d’Angola mais pour les léopards de la RDC. Quoi qu’il arrive demain dans le match de la RDC contre l’Egypte à la 8 e des finales de la CAN, les deux capitales voisines vibreront à l’unisson et porteront un soutien sans faille à cette équipe qui porte leur sang et leur histoire commune.

À y regarder de plus près, Herman Amisi, le créateur de cette formule, a envoyé un message importantissime à nos dirigeants politiques pour qu’ils se saisissent de cette euphorie créée par la CAN pour unir davantage les destins de deux peuples et utiliser la symbolique de ce majestueux fleuve Congo comme point de cohésion entre les deux pays pour leur sécurité et leur croissance harmonieuses.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *