Un grand film “LA POLITIQUE DE L’INGRATITUDE” se joue sous nos yeux. Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate qui n’a jamais respecté SA PAROLE NI SA SIGNATURE se joue des politicailleurs ventriotes mafieux habitués à la mangeoire au Kongo.

L’ingratitude de Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate est connu de tous. Il a degommé tous les anciens caciques de l’Udps version Étienne Tshisekedi Wa Mulumba, il s’est embrouillé avec Paul Kagamé, Hitler Noir africain dans l’opération minerais contre carnet d’adresses, il a fait entrer Kongo dans l’EAC sans l’aval de personne, Jean-Marc Kabund Wa Kabund a été utilisé pour casser son alliance avec le FCC au parlement, aujourd’hui il croupit en prison…

En quête du poste de Premier ministre auprès de l’enfarineur, Angwalima Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate, les victimes vont se ramasser à la pelle.

  1. Jean-Pierre Bemba a menti publiquement que les HACKERS RUSSES ont tripatouillé les services de la CENI. Le ministre de la défense d’Angwalima Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate est cité par l’Union européenne dans l’assassinat maquillé en suicide de Laurent Delvaux, expert en informatique balancé du haut du 12è étage de l’hôtel Hilton de Kinshasa, par 12 jeunes pour le rez de chaussée. Il est cité avec son collègue Peter Kazadi Kankonde, ministre de l’intérieur.

Il y a 4 jours, Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la République, accompagné de son épouse Ma Lilia, la Kanangaise ( Son père Brésilien d’origine portugaise) sont allés rendre visite à Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate. Pour avoir travaillé fort dans les mensonges éhontés, lors de la campagne électorale. Le fameux fils d’Étienne Tshisekedi Wa Mulumba a réfuté l’idée de le nommer Premier ministre. Il lui a conseillé de suivre la procédure.

Hier, Jean-Pierre Bemba,l’une des personnalités les plus respectées de la République, n’a aucune dignité. Il nage aujourd’hui dans le confort de l’indifférence réservée à “ceux qui ne sont rien”.

Jean-Pierre Bemba, fait pitié. Un ministre de la défense qui n’a jamais récupéré un seul territoire occupé.

Igwe est là pour se remplir ses poches. Asphyxié financièrement depuis son passage à la Cour pénale internationale (CPI) durant 10 ans, l’individu est prêt à toutes les compromissions et concessions pour pouvoir récupérer les quelques millions de dollars perdus pendant sa traversée du désert judiciaire.

Qui aurait cru un jour que Bemba se serait retrouvé à la remorque de tous ces parvenus sans une once d’intelligence qui peuplent la présidence de la République ? Qui, dans ses rêves les plus fous, aurait cru une seule fois que celui que les Kinois appellent affectueusement « Igwe » allait devenir le collègue du très délinquant Augustin Kabuya ?

  1. Faiseur des Rois au Kongo ! Le juge Yangi est mort pour rien.

Vital Kamerhe Kaningini se veut le Premier ministre de Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate. Il a lancé mardi dernier “Pacte pour un Congo Retrouvé” (PCR), une nouvelle dynamique regroupant six regroupements politiques et un parti politique, à savoir AA/UNC, AVK 2028, AB50, AMSC, AAAP, CODE ET CDER. Cette initiative émane de Vital Kamerhe, Jean Lucien Bussa, Julien Paluku et Tony Kanku Shiku, qui ont rallié plus de 150 élus nationaux et provinciaux lors des élections du 20 décembre 2023.

Vital Kamerhe Kaningini, le plus doué de tous. C’est lui qui a incité Angwalima Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate de renier leurs deux signatures à Genève en 2018. Il a ramené à Nairobi pour la création de Cap pour le changement (CACH). C’est encore lui qui a convaincu Monsieur 15 % pour aller à Kingakati pour faire un deal avec Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mutwale pour bénéficier d’une nomination électorale contre le peuple Kongo.

Arrêté comme Directeur de cabinet dans le projet 100 jours, Vital Kamerhe Kaningini est jugé et jeté en prison. Libéré, Vital Kamerhe a été nommé ministre de l’économie par Angwalima Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate. VK est a créé la première plateforme des députés pour devenir Premier ministre.

Il est né un certain 4 mars 1959, à Cyangugu, au Rwanda, poste frontalier avec le Congo dans le Sud-Kivu. Sa grand-mère est Rwandaise et vit encore à Cyangugu et son cousin est le général de brigade rwandais Gratien KABILIGI.

Fils de Constantin, arrêté le 18 juillet 1997 par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda et transféré à Arusha, en Tanzanie. Leur grand-père commun est M. KANYIGINYA du clan royal Hutu des Banyiginya de la Préfecture de Cyangugu. Le général Gratien KABILIGI est né à Rusunyi en décembre 1951 et il a fait ses études secondaires au Collège St Paul à Bukavu ,sous les bons soins de son oncle paternel Constantin KAMERE. Avant le génocide de 1994 au Rwanda, le général Kabiligi était commandant des opérations à Byumba, au Rwanda, avant de devenir commandant des opérations au Sud-Kivu pendant l’aventure de l’AFDL.

On retrouvera Vital Kamerhere dans les années 70 à Kikwit, dans le Bandundu avec son oncle, travaillant à l’Office des Routes pour les uns et comme Assistant à l’I.S.P./Kikwit, pour les autres. Et lui, il est parti étudier à Kikwit Sacré/Cœur plus précisément à INDOBO (Institut St Jean-Bosco, des Frères Joséphites) de 1971 à 1975. Lui-même dira , à l’Institut St François Xavier (en maths et Physique), Institut Sadisana (ex- ISFX).

Il quittera Kikwit pour Kananga, pour étudier à l’Institut Mulemba de 1976 à 1980, pour avoir son diplôme d’État, en 1980. Il mettra à son actif ce périple riche en découvertes pour apprendre à parler non seulement les quatre langues nationales du Congo (tshiluba, kikongo, swahili et le lingala) mais aussi le Kinyarwanda et le kirundi. Mais il ne saura se comparer à certains intellectuels congolais tels que le Professeur Mathieu Musey qui en parle et écrit couramment 11 langues et le Cardinal Monsengwo, 16 langues du monde et du Congo. Cette perfidie de polyglotte aurait facilité et en même temps justifié amplement le recrutement de Rwakanyasigize Kamere dans les services de renseignements rwandais afin d’infiltrer les institutions de notre pays.
Il ira s’inscrire à l’Université Nationale du Zaïre (UNIKIN) à Kinshasa, de 1980 à 1987 pour obtenir une Licence en Economie agricole (C’est sa spécialité) et il sera retenu comme assistant de 1987 à 1995. En 1995, il sera chargé des cours à l’IPN, en gestion financière.

Il est marié à la fille de l’honorable BOJI, Mme Mamick Boji, une Mushi du Sud-Kivu, il est père de huit enfants. C’est sa femme qui est originaire du village Ngweshe, Secteur Bulwi, territoire de Walungu, district et province du Sud-Kivu. Par stratégie, il a endossé l’étiquette de « mushi » à la place de son épouse.

  1. Angwalima Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate a envoyé son garçon de course, Augustin Kabuya, secrétaire général de l’Udps Limete-Sous-Bois pour sonder et espionner : Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale, Bahati Lukwebo, président du Sénat et Jean-Pierre Bemba, ministre de la défense pour mieux rapporter à Tshintuntu.

La POLITIQUE DE L’INGRATITUDE de Félix Tshilombo Tshintuntu l’Affabulocrate est en action. Le Premier ministre sortira dans la poche de Tshintuntu ! Aucun politicailleur ventriote ne sortira de cette marmaille. Fourberies, roublardises et mensonges éhontés sont les fruits de la politicaillerie actuelle.

Freddy Mulongo Mukena
Réveil FM International

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *