L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) pose la nécessité de la restructuration administrative de l’appareil de l’État. Et comme l’exemple, le bon, vient d’en haut, l’ODEP convie le président Félix Tshisekedi à réduire son cabinet, et au prochain 1er ministre de ramener le gouvernement de la cinquantaine des membres, actuellement, à juste 10 ministres ! Donc, juste la taille d’un gouvernement provincial.

Par Popol Rabuni

publié le 23 janvier 2024 à 12:11:27
L’ODEP fixe le deadline du recadrage de l”exécutif dans les 100 (premiers) jours de Félix Tshisekedi qui, comme on le sait, a prêté serment samedi 20 janvier 2024 devant la Cour constitutionnelle, au stade des Martyrs de la pentecôte de Kinshasa. A la suite d’une profonde étude socio-économique sur la RDC, réalisée fin 2023 par l’ODEP, intitulée “Repenser un nouveau rôle de l’Etat, une nouvelle démocratie politique et économique ; briser les institutions d’un Etat néo-colonisé sont les préalables incontournables à une réduction durable du train de vie de l’Etat congolais”, le PCA de cette organisation, le professeur Florimond Muteba Tshitenge lance un appel solennel à Félix Tshisekedi pour mener une véritable révolution politique afin de garantir le bien-être communautaire.

Prenant comme dénominateur commun son étude précitée, l’ODEP fait part de la nécessité pour le président Tshisekedi, d’inscrire le combat pour la justice distributive des richesses parmi les grandes priorités de 100 premiers jours de son second mandat. Florimond Muteba sollicite le concours des forces vives notamment les médias, la mouvance syndicale, les Églises dans leur pluralité, pour un lobbying constructif sur le premier d’entre les Congolais afin de mettre en œuvre cette politique de promotion de la justice distributive durant ses 100 premiers jours.

La justice distributive, en pratique, a pour fondement, dans le cas de la RDC, la réduction du train de vie de l’Etat, et particulièrement un traitement salarial rationnel. L’ODEP s’offusque des émoluments exhorbitants des députés et sénateurs et soutient qu’en RDC, le salaire minimum, dans toutes les administrations, devra être fixée à 300 $US contre 6 000 pour le plus élevé, notamment celui du 1er ministre, chef du gouvernement. Et quant au chef de l’État, son salaire net doit être de 5 000 $US par mois. Suivant la même logique, la liste civile du président doit être réduite pour ne pas dépasser 2,4 millions $US par année soit 200 000 $US par mois. L’étude de l’ODEP rappelle qu’en 2022, la liste civile du président de la République a coûté au Trésor 12 millions en 2022, soit un million par mois. L’étude de l’ODEP pose aussi la revalorisation du secteur de l’enseignement. Les salaires les plus élevés doivent être ceux du secteur de l’education. Le corps enseignant du primaire ou supérieur doit toucher à partir de 500 dollars pour le salaire le plus bas. Les autres membres de ce corps, selon le grade de chacun, toucheront entre 500$ et 4 000 dollars américains pour les professeurs ordinaires dans les universités.

Outre l’éducation, l’ODEP propose également la révision à la hausse des salaires dans le secteur de la santé publique. Les salaires des administratifs devraient se calculer dans la tension salariale de base avec un minimum de 300 $US pour le plus bas et 3 500 $US pour les secrétaires généraux. Pour ce qui est du personnel médical, la tension salariale ira de 500 dollars pour les salaires les plus bas à 4 000 $US pour les scientifiques de très haut niveau notamment les professeurs de la faculté de Médecine. Les autres, selon le grade de chacun, se situeront entre 500$ et 4 000$.

L’étude de l’ODEP s’est penchée aussi sur la Grande muette, la vie sociale dans les casernes, comment les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) et des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) vivent-ils avec leurs soldes ?. Pour M. Muteba, la tension salariale de l’administration devrait s’appliquer aussi aux forces de défense et de sécurité. Les catégories partant du soldat de 2ème classe jusqu’à l’Adjudant-chef (les sous-officiers), doivent avoir en plus de leur salaire qui est une solde, un logement décent et la nourriture. Ils doivent avoir droit au transport gratuit dans les véhicules de transport en commun appartenant aux sociétés d’Etat, aux soins de santé gratuit pour leurs familles et à la gratuité de l’enseignement pour leurs progénitures.

De l’avis des analystes, l’étude de l’ODEP est une voie royale de la résilience de la RDC mais Félix Tshisekedi commence son second mandat avec un budget déjà voté. Et la révision de la loi des finances 2024 par les deux Chambres pour y porter les amendements proposés par l’ODEP prendrait au bas mot plus de deux tiers de 100 premiers jours du président de la République.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *