Lu. Récit de Kwebe Kimpele


Mbuta Gaby, bonjour.
Pendant que les Congolais sont fascinés , excités et distraits par la campagne électorale et l’approche de la date du 20 décembre 2023 , personne ne remarque la sombre silhouette inquiétante de la guerre civile qui projette son ombre tragique au-dessus de la République démocratique du Congo .

Pour moi, quel que soit le nom du vainqueur du scrutin présidentiel prévu dans une vingtaine de jours à dater de ce vendredi 1er décembre , notre pays échappera difficilement à une déflagration généralisée , à sa dislocation dans un affreux bain de sang et donc à sa balkanisation, but ultime du déplorable spectacle que nous offrent les acteurs politiques congolais mais à leur insu , depuis une dizaine de jours .

Il y a longtemps que ce pays aurait dû été balkanisé , « yougoslavisé », et « libyanisé ». Il se fait qu’à chaque tentative, le plan des firmes multinationales occidentales minières , industrielles , pétrolières et bancaires travaillant en étroite connivence avec les forces globalistes a échoué .

Mais cette fois , et pour la première fois depuis septembre 1996, date de l’invasion du Congo par la milice ethnique armée terroriste et extrémiste dénommée Afdl , toutes les conditions sont réunies pour assister à une implosion gigantesque de notre pays , à un feu d’artifice comme on n’en a jamais vu depuis le 30 juin 1960.

À l’insu des Congolais, profitant de leur naïveté et de leur ignorance , Washington , Paris , Londres , Berlin et Bruxelles ont poussé derrière la tenue de ces élections parce qu’elles devaient servir de formidable accélérateur du processus du pourrissement et du chaos propice à faciliter l’émiettement de notre pauvre patrie et au passage , permettre l’émergence du tutsi land ou foyer national tutsi aux dépens de l’unité territoriale du Congo. Jamais les conditions n’ont été aussi propices pour déclencher la phase finale du processus de l’anéantissement de ce pays .

Tu comprends donc aisément pour quelles raisons , parmi les 24 candidats en lice , je ne n’apporte mon soutien à aucun d’eux . Plus précisément , je soutiens le 25e candidat mais dont le nom a été malheureusement omis : c’est la république démocratique du Congo , un candidat à l’article de la mort , un pays violenté, pillé, humilié , outragé de mille et une façons, offensé et désormais promis , à brève échéance , à une mort certaine et à une disparition quasi inéluctable.

Je répète Mbuta Gaby: les élections actuelles ont été délibérément planifiées , programmées et calculées de longue date pour hâter la balkanisation du Congo . Tous les ingrédients sont prêts . Le décor est planté .

En voici quelques indices probants et quelques facteurs déterminants :
1- Les observateurs de l’Union européenne qui ont senti l’approche de la guerre civile ont précipitamment quitté le Congo .
2- L’Union européenne a , en outre , adressé un message officiel au gouvernement congolais de Brazzaville,
le priant de mettre en place une structure ad hoc en vue d’accueillir les centaines de milliers d’Occidentaux affolés qui vont bientôt traverser le fleuve , fuyant Kinshasa .

3- La guerre civile a déjà commencé entre les Balubas ( appelés de façon impropre « Kasaïens) et les Katangais . Parmi eux , les morts se comptent déjà par dizaines notamment à Malemba Nkulu et à Kasumbalesa.

4- Sur fond de querelle foncière , à la porte même de Kinshasa, le conflit ethnique qui oppose depuis des mois les Bateke et les Bayaka, dans lequel des tueries sauvages se généralisent à la faveur du phénomène Mombondo financé et commandité par Joseph Kabila. La capitale ne sera donc pas épargnée par la guerre civile .

5- À Kisangani , on assiste aussi à une soudaine et incompressible éruption des violences ethniques marquées , là aussi , par des massacres indiscriminés de femmes , d’hommes et d’enfants .

6- Au nord Kivu, attisés de nouveau par le phénomène de la milice ethnique bantoue appelée Wazalendo, les incendies allumés par lés tueries qui ravagent la province du Nord-Kivu depuis septembre 1996 ont repris de plus belle .

7- Partout au Congo , un sentiment de colère exacerbée , de frustration et de soif de vengeance s’est emparé de la population et se cristallise principalement contre les Balubas .

7- L’Udps a déjà formé sa
milice qui viendra ajouter à la violence d’anciens groupuscules politiques et ethniques déjà actifs sur le terrain. Moïse Katumbi possède sa propre milice . Jean-Pierre Bemba a réactivé son MLC. Delly Sessanga, transfuge du RCD/Goma affûte aussi ses armes,au sens propre .Idem pour Vital Kamerhe .

8- À l’occasion de l’actuelle campagne électorale,on assiste aussi depuis une dizaine de jours à la montée en puissance et à la généralisation de discours clivants, extrémistes, à des appels à la violence , aux meurtres tandis que des centaines de milliers de
machettes sont distribuées ostensiblement aux Talibans de l’Udps et aux partisans de Moïse Katumbi .

9- C’est précisément par Moïse Katumbi que le feu sera mis à la poudrière congolaise , qu’il gagne ou qu’il perde, peu importe . L’ancien gouverneur du Katanga (pendant 9 ans ) aurait reçu 4 milliards de dollars de la « communauté internationale » via Emmanuel Macron pour , parait -il , le financement de sa campagne électorale .Même aux USA, depuis sa création il y a 3 siècles , aucun candidat à l’élection présidentielle n’a jamais mobilisé un budget aussi colossal .

Jamais . Il ne faut pas se leurrer : les 4 milliards de dollars mis à la disposition de Moïse Katumbi constituent le dernier prix à payer pour , enfin , réaliser la balkanisation de la république démocratique du Congo .

Telle est ma lecture, certes pessimiste mais argumentée , du spectacle qui se déroule en ce moment , sous nos yeux au Congo .
Prends bien soin de toi .

Bonne journée

Tien fraternellement

N’leki

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *