La faillite de la SNCC est un processus long et complexe qui s’est accéléré au cours des dernières décennies. Les causes de cette faillite sont multiples, mais on peut les résumer en trois points principaux :

  • La fermeture du chemin de fer de Benguela

Le chemin de fer de Benguela, qui reliait le Katanga à l’océan Atlantique, a été fermé en 1975 en raison de la guerre civile angolaise. Cette fermeture a eu un impact majeur sur la SNCC, qui était alors la principale compagnie ferroviaire du Congo. En effet, le chemin de fer de Benguela était la principale voie de sortie des minerais du Katanga vers l’étranger.

  • La faillite de la Gécamines

La Gécamines, la principale entreprise minière du Congo, a fait faillite dans les années 1980. Cette faillite a également eu un impact majeur sur la SNCC, qui était alors son principal client. En effet, la Gécamines était le principal producteur de minerais du Katanga, qui étaient transportés par la SNCC.

  • La mauvaise gestion

La mauvaise gestion de la SNCC par les gouvernements successifs a également contribué à sa faillite. En effet, la SNCC a été victime de corruption, de népotisme et de mauvaise gouvernance. Ces facteurs ont conduit à une dégradation du réseau ferroviaire, à une diminution de la productivité et à une augmentation des coûts.

En tant que gouverneur du Grand Katanga de 2007 à 2015, Moïse Katumbi a pris des mesures pour tenter de redresser la SNCC. Il a notamment investi dans la réhabilitation du réseau ferroviaire et dans la modernisation des équipements. Cependant, ces mesures n’ont pas été suffisantes pour enrayer le déclin de la SNCC.

Il est important de noter que Moïse Katumbi n’est pas responsable de la faillite de la SNCC. En effet, cette faillite est le résultat d’un processus long et complexe qui a commencé bien avant son arrivée au pouvoir.

Voici quelques exemples concrets des actions menées par Moïse Katumbi pour tenter de redresser la SNCC:

  • Il a lancé un plan de réhabilitation du réseau ferroviaire d’un montant de 100 millions de dollars.
  • Il a créé une nouvelle société, la SNCC-Exploitation, pour gérer l’exploitation du réseau ferroviaire.
  • Il a mis en place une nouvelle politique de recrutement et de formation du personnel.

Malgré ces efforts, la SNCC continue à faire face à de nombreux défis, notamment :

  • La vétusté du réseau ferroviaire, qui nécessite d’importants investissements pour être modernisé.
  • La concurrence des autres modes de transport, notamment le transport routier et le transport maritime.
  • La corruption et la mauvaise gouvernance, qui continuent de gangréner l’entreprise.

La faillite de la SNCC est un problème majeur pour l’économie du Congo. En effet, la SNCC joue un rôle vital dans le transport des minerais et des marchandises du pays. Le redressement de la SNCC est un défi important pour les gouvernements successifs.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *