Tout en multipliant les promesses des pseudos projets à l’intérieur du Pays et en trahissant systématiquement tous ses partenaires politiques et sociaux, Félix Tshisekedi pensait pouvoir promettre et trahir le Rwanda, l’Ouganda et l’EAC.

Voici la trajectoire du couple promesses-trahisons.

En février 2019, Monsieur Tshisekedi dépêche Vital Kamerhe et Fortuna BISELELE à Kigali pour calmer Mr Paul KAGAME et le rassurer de sa coopération du fait que celui-ci encore à la tête de l’UA avait pris une position radicale contre FATSHI sur le résultat électoral en RDC.

En Mai 2019, il rencontre Paul KAGAME en personne et le rassure encore, puis après il rencontre Le Président Magufuli de la Tanzanie à qui il promet de collaborer mais sans obtenir son engagement, lui qui voyait mal une RDC coopérer avec le Rwanda sans se brouiller. Au même moi, il va au Burundi et promet la même chose, comme pour stabiliser son pouvoir et obtenir plus de légitimité.

Dans tous ces voyages, la promesse est : Aidez-moi à me défaire de l’influence du clan Kabila et je vous donne une bonne partie des richesses du Pays.

En Juillet 2019, comme pour garantir a ses homologues sa sincérité, Tshisekedi autorise l’entrée secrète de 2 bataillons des Forces spéciales des RDF au Nord Kivu qui vont opérer clandestinement aux côtés des FARDC jusqu’à éliminer tous les commandants des FDLR jusqu’à Sylvestre MUDACHUMURA.

Les forces burundaises également entrent au Sud Kivu. Quelques instructeurs belges et américains arrivent. Mais pour instruire qui? L’Angola pour sa part reçoit des facilités sur le Pétrole du Littoral. Contre 33. Millions des USD, l’Angola Envoi deux de ses avions de chasses pour faire un meeting aérien et cartographier l’équipement militaire qui serait à Kingakati. Rien n’y est trouvé, …alors on dépouille Kabila de sa Garde à Gombe et à Kingakati. Félix est content, les combattant applaudissent.

Chose qui énerve Denis Sassou du Congo qui lui n’a rien eu jusque là. Ce dernier décide alors de signer un contrat avec le fonds souverains Rwandais pour créer une zone de déstabilisation de Kinshasa, à partir de Brazzaville…et les massacres débutent à Kwamounth, Kwango-Kwilu.

La confusion opérationnelle règne. Mais les djalolistes du régime continuent à crier à la finesse diplomatique.

En Décembre 2019, Tshisekedi envoie une délégation à Campala pour échanger avec le vieux Museveni et rassurer les ex-combattants du M23 sur leur retour au Pays et leur réintégration au sein des FARDC et la reconnaissance de leur grades respectifs. Le Gen. Delphin KAHIMBI s’y oppose et fait rapport à Joseph Kabila, qui s’y oppose à son tour et ce fut le début de la disgrâce du Gen. Delphin à la tête des renseignements militaires à son temps. Il sera dépossédé de la gestion du dossier et se fera remplacer par Mr Jean Claude IBALANKY du CNS.

Bien plus, Kagame et Musevenu voient mal la présence et l’influence de Kabila et ses gens. Les deux décident alors de proclamer le divorce FCC-CACH. Fortunat Biselele (ancien du RCD) est chargé de démanteler cette coalition, suivant la stratégie mise en place au Rwanda. Ainsi, Kabila est éloigné du pouvoir, Tshisekedi est isolé, la majorité de ses collaborateurs (issue des Rébellions pro-rwanda) sont achetés par les agents Rwando-ougandais et placés autour et au sein de la nouvelle coalition dénommée Union Sacrée.

En février 2020, Tshisekedi rencontre de nouveau Paul KAGAME à Kigali et lui promet de relancer la coopération économique incluant l’exploitation commune des ressources naturelles de la partie Est de la RDC contre la participation des RDF au démantèlement de groupes armés locaux et les FDLR. Il assure de nouveau la réintégration des ex-combattants du M23 au sein des FARDC et leur déploiement au Nord Kivu, au Sud Kivu et en Ituri pour garantir la sécurité transfrontalière entre les deux pays.

En juin 2020, une délégation du M23 atterri à Kinshasa pour le suivi de la mise en œuvre des accords convenus à Kigali. Ils sont logés, nourri …et suivi par Biselele et André Mbata (Tous deux anciens du RCD et, ce dernier, ancien du groupe de Vital Kamerhe. Arrivé à l’udps quelques temps avant les élections de 2018). Tshisekedi ne sait pas exécuter ses promesses. Le peuple est terriblement opposé au Rwanda. Il suggère à Kagame de lui laisser quelques temps pour préparer le peuple à l’aimer. Ainsi, Kagame est reçu au Stade des Martyres. Kabuya, le SG de l’UDPS est instruit pour préparer les combattants à applaudir le sanguinaire. Chose faite, Kagame rentre chez lui en paix.

Les Nations Unies et les FARDC refusent catégoriquement d’adhérer aux promesses Tshisekediste. Kagame instruit Biselele de tout faire pour refaire la mise en place dans l’armée et de renvoyer à la retraite tous ces généraux et officiers patriotes. L’argument est trouvé, ils sont traitres, loyaux à Kabila.

La Monusco quant à elle est aussi visée par les services Rwandais. Et Bahati Lukwebo, à cause des propos de trop dans un meeting à Goma, va risquer de porter le chapeau d’une stratégie dont il ne maîtrisait ni les tenants, ni les aboutissants.

C’est en ce moment là que Sultani MAKENGA traverse et rejoint la forêt de Chanzu en RDC. Il a deux missions principales : essayer d’aider Félix au cas où les Généraux et officieux déchargés venaient à s’énerver mais également créer une zone de combat, bouclier du Rwanda. La MONUSCO va tenter de le déloger en vain jusqu’à ce qu’il fait tomber successivement 3 hélicoptères dont 2 des FARDC et 1 de la MONUSCO.

Paul KAGAME impatient de passer à la mise en oeuvre des accords, exige l’installation de Rwandair à Goma, devant faciliter le déploiement de la Police rwandaise dans la ville. Il exige le déploiement de ses troupes pour contrôler les sites miniers de Walikale d’où devrait provenir l’Or qui doit alimenter la raffinerie nationale du Rwanda installée à Kigali, avec les financements Qataris. Tshisekedi n’est pas capable de respecter sa promesse, la population de Goma s’y oppose farouchement.

Paul KAGAME le suit à Goma et il promet de nouveau le début de la mise en œuvre au moment où les ex-combattants du M23 attendent le coup d’envoi de leur réintégration au sein des FARDC, ce qui s’avère impossible…petit à petit, ces combattant commencent à disparaitre à Kinshasa. Les services congolais sont distraits.

Parmi les closes de l’accord, le Parc de Virunga devrait être entièrement surveillé par le Rwanda pour lui garantir de site touristique attrayant afin de faire venir en visite des sociétés et de marques avec lesquelles Kigali a des contrats dont Arsenal et Paris Saint-Germain, Paul KAGAME demande à Tshisekedi de lui permettre déjà la construction d’un site d’accueil à Goma et des hôtels en plein Parc, au moment où ses engins étaient à la frontière pour entrer en RDC et démarrer les travaux de construction de la route Goma-Kanyabayonga en passant par Sake-Kichanga-Nyanzale , parce que Goma-Rutshuru-Kiwanja devrait être fermée aux trafics commerciaux.

Premier clash: Le Rwanda se retrouve en face de 3 problèmes que Tshisekedi ne lui avait pas révélé à savoir:

  1. La population de la RDC, dont une de deux épouses de Félix, Gisèle Mpela, s’oppose à toute initiative et touts projets impliquant le Rwanda en RDC,
  2. Le Rwanda constate que Tshisekedi n’a pas suffisamment de pouvoir devant lui permettre d’imposer sa philosophie sur le terrain, donc ne contrôle rien;
  3. En plus du Rwanda, Tshisekedi (RDC) a déjà un autre accord avec l’Ouganda pour la construction des routes en RDC notamment celle de Bunagana-Goma qui doit passer par le tronçon interdit au trafic commercial dans le Parc sous la gestion du Rwanda.

Fortunat Biselele et son Beau-frère par alliance, Gentiny Ngobila sont chargés par le Rwanda de boutiquer le divorce Félix Tshisekedi-Giselle Mpela. On portera des fausses accusations d’infidelité avec un Libanais, Hassani, investisseur au grand marché de Kinshasa, Cette dernière est ridiculisée et expulsée de son propre pays ! Tout le monde comprend que Kagame ne badine pas avec ceux qui osent contrecarrer ses intérêts.

Par ailleurs l’Ouganda de son côté n’entend pas céder à qui a que ce soit pour arrêter de poursuivre son expension économique vers la RDC où il a plus à gagner qu’à perdre. D’où malgré le timide rétablissement de la coopération avec le Rwanda, l’Ouganda a tracé sa ligne rouge a ne pas franchir pour ce qui est de la RDC. …ils finiront par se mettre d’accord avec Museveni, à travers son Fils et Dauphin à la présidence ougandaise.

C’est à ce moment-là que RCA et Soudan du Sud s’estiment oubliés du festin dont on consomme la RDC. La RCA va inviter le Rwanda pour construire un marché de la violence à sa frontière avec la RDC. La question des Mnororo est pointée comme alibi pour enflammer le Haut et Bas-Uele et accroître la chaleur en Ituri déjà enflammé.

François Beya est alerté par Dhjonne Numbi, un Général Kabiliste en errance. Il fait tout pour faire échec à ce plan macabre. Il réussit en mediatisant le complot. La RCA est contraint de reculer un peu. Kagame est en colère. François Beya et Numbi se rencontrent secrètement au Pays de Mugabe et discutent de la déroute qui pointe à l’horizon en RDC.

Les services rwandais captent les conversations entre ces deux congolais et en avisent Fatshi à travers Bilele. C’est fini, François Beya doit partir en prison. Il a osé jouer contre les intérêts Rwandais.

Mais Kagame tient à obtenir la réalisation des promesses. Il a fait part, au’ider Félix à se défaire de Kabila…il attend son jeton qui tarde à se concrétiser. C’est en ayant constaté l’échec à tous les niveaux que le Rwanda décide de passer au forcing en cherchant à obliger Mr Tshisekedi au respect de ses engagements que désespérément Paul KAGAME va déclarer en février 2022 que Mr Tshisekedi n’est pas sérieux et qu’il ne respecte pas ses engagements, d’où le début de l’escalade verbal. En réponse, lors de la réunion de la CIRGL du 18 février 2022 tenue à Kinshasa et à laquelle le Rwanda a refusé de prendre part, Tshisekedi va déclarer que ce pays qui pense toujours tirer de dividendes dans la déstabilisation de ses voisin devra comprendre que chaque chose a son temps, et pour riposter à celà, le Rwanda a lâché son Chien d’avant-garde le M23 afin d’obliger Tshisekedi à obtempérer.

Voilà pourquoi, la guerre actuellement menée par le Rwanda en RDC est la conséquence d’un deal privé entre deux hommes malins qui ne se sont pas entendus sur leur mafia et les deux doivent s’entendre entre eux sans énerver l’intérêt national du peuple congolais.

Pour y faire face, Félix, sur conseil de Fortunat Biselele va amener la RDC dans l’EAC où le Rwanda est très influent et a des espions jusqu’aux sentinelles, opérateurs de saisi…la consigne était d’éviter le moindre débat au parlement. Pour renforcer le contrôle, encore sur conseil de Bifort venu du Rwanda, la RDC va signer la fédération des forces avec l’Ouganda, allié du Rwanda, pour se déployer en Ituri et au grand Nord-Kivu. Le pseudo motif évoqué est de lutter contre les ADF Ougandais, d’équivalent des FDLR rwandaises en RDC. Plus d’une année après, les ADF sont devenus plus forts que jamais procédant même aux attaques et aux bombes pièges !

En réalité, tout le Nord-Kivu et une partie de l’Ituri sont déjà tombé et partage en le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya.

Quant au Kenya, autoproclamé parrain de Félix, vont dans un premier temps recevoir 35 millions d’USD pour que la RDC aille pêcher du poisson chez eux!! Quelle blague pour le Pays sans bateau de pêche mais qui a le Lac le plus poissonné de l’Afrique ! Ensuite, le Kenya reçoit l’argent pour envoyer ses militaires combattre en RDC. Arrivé sur place, ils sont persuadé par l’Ouganda et le Rwanda…et voilà, ils se déclarent force d’interposition, créant ainsi une zone tampon entre le M-23 et les FARDC !

La RDC est roulée !

Bien plus, l’on évoque souvent l’infiltration mais l’on omet qu’en réalités que c’est le Rwanda qui a teleguidé tous les grands dossiers politiques en RDC en commençant par la rupture de la coalition FCC-CACH, de l’arrestation de François Beya, du renvoie sans manière de Gisèle Mpela, de la coalition des forces FARDC-Uganda ; FARDC forces de EAC, de la l’adhésion sans quelconque débat de la RDC dans la communauté de l’Afrique de l’Est ; de l’arrestation de Jean-Marc Kabund. Ce qui s’avère un dépouillement de l’assise populaire udpsien ; de la destruction du grand marché de Kinshasa ; de la dernière mise en place dans l’armée, du renvoie en retraite de bcs d’officiers et de l’arrestation de plusieurs autres, de la création du parti politique dit Parti de Ngobila mais dont la véritable autorité morale serait Bifort (projet de fragilisation de l’udps et du contrôler des prochains élus) ; de la mise en place de l’état de siège et de la nomination des Gouverneurs militaires, anciens Rebelles du RCD-Rwanda et MLC.

Tout ceci explique tout ceci.

Alors tous ceux qui cherchent à entraîner le peuple congolais dans une distraction où on cherche à mobiliser un peuple derrière un homme qui a fragilisé la cohésion nationale et dont les agissements ont trahi la nation, il faut s’en détourner, mais parce que la Patrie vaut plus que la vie, au-delà de contradiction et divergences idéologique, sauvons d’abord notre pays avant de sanctionner Mr Tshisekedi au moment venu.

PATE-BK.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *