Que gagne Félix Tshisekedi en utilisant les services de l’État pour marginaliser un établissement hospitalier qui vient en aide aux plus vulnérables de la société congolaise ?

On bloque les comptes de l’hôpital Panzi au prétexte fallacieux que celui-ci devrait 125 000$ US à l’administration fiscale. Quand on examine le dossier de près, l’on se rend pourtant compte qu’il s’agit tout simplement d’un harcèlement politico-fiscal qui ne dit pas son nom. Depuis quand taxe-t-on la nourriture destinée aux employés d’un hôpital en RD Congo ?

Le régime de Félix Tshisekedi déteste le docteur Denis Mukwege, que de millions de Congolais exhortent à briguer la prochaine élection présidentielle prévue en décembre 2023. N’ayant aucun bilan positif à proposer et jaloux de la popularité grandissante du médecin congolais récipiendaire du prix Nobel de la paix 2018, Tshisekedi fils a décidé d’utiliser l’administration fiscale pour « briser » celui qui apparait désormais aux yeux de l’opinion congolaise et internationale comme une alternative crédible à son régime foncièrement corrompu.

Soulignons par ailleurs que le même Tshisekedi n’a pas hésité à conclure des accords avec le Rwanda au détriment de la RDC. Faisons également remarquer que la même administration fiscale, qui s’acharne contre l’hôpital Panzi, ne réclame pas grand-chose à tous ces intérêts étrangers qui se paient sur le bête en RDC.

Ce qui choque les consciences dans cette histoire, c’est que l’hôpital Panzi accueille et accompagne depuis des années des milliers de victimes de violences sexuelles et de pathologies gynécologiques graves. Près de 1500 femmes y sont consultées chaque année. Dans un pays normal dirigé par des gens normaux, le gouvernement aurait soutenu à bout de bras le travail de titan abattu par un tel établissement. Mais au Congo de Tshilombo, on cherche à le détruire.

Au regard de l’acharnement dont est victime l’hôpital Panzi, on ne peut s’empêcher de se poser des questions : que veut vraiment Félix Tshisekedi ? Pourquoi en veut-il autant à tous ceux qui tentent de redonner un semblant de sourire aux femmes du Kivu ? Qui s’occupera de ces milliers de femmes violées et/ou qui souffrent de certaines pathologies gynécologiques graves si l’hôpital Panzi devait fermer ses portes ? Pourquoi Tshilombo donne-t-il l’impression de ne pas aimer la RDC et son peuple, excepté peut-être certains de ses frères et sœurs de tribu ?

Avant-hier, le même Félix Tshilombo déclarait au Rwanda que les victimes congolaises de la guerre imposée à la RDC par le Rwanda sont « les dommages collatéraux ». Hier, il a ouvert grandement les vannes aux intérêts rwandais au Congo sans demander l’avis des Congolais. Aujourd’hui, il décide de s’attaquer à un établissement de santé dont le seul péché est d’être dirigé par l’un des rares Congolais qui a consacré sa vie aux femmes congolaises détruites en grande partie à cause des guerres successives imposées à la RDC par le Rwanda.

Au final, on se demande ce que la RD Congo a fait à ce monsieur pour mériter un tel mépris. Mboka ya Patrice Emery Lumumba esali mwana mobali oyo nini pour mériter ça ?

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *