Pourquoi est très mauvaise et imprudente la décision de remplacer la compagnie aérienne rwandaise par celle ougandaise?
Pour trois raisons principales ci-après.

  1. La première est d’ordre géostratégique. Une compagnie aérienne établit un pont aérien entre deux pays avec la circulation, dans les deux sens, des populations civiles et parfois militaires en tenues civiles munies de faux documents. Au moment où les relations Ouganda-Rwanda sont au beau fixe et que le général Muhoozi ( commandant de l’armée ougandaise) vante la bonne entente de son armée avec celle du Rwanda et claironne publiquement leur volonté à eux deux de marcher sur Kinshasa, autoriser les vols des avions ougandais dans le ciel congolais devient un acte de grande irresponsabilité et de suicide politique. Chasser le Rwanda pour recourir à l’Ouganda, c’est comme déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul. Le danger reste permanent contre la sécurité intérieure de la RDC.
  2. Une information est passée inaperçue sur le retour des forces armées ougandaises pour combattre les ADF. Dans un contexte actuel de réchauffement d’alliance de Museveni avec Kagame, tout paraît comme si on ouvrait tout simplement la porte à notre ennemi par le biais de son allié de l’AFDL. Je me serais attendu à ce que Kinshasa demande l’aide à un pays non impliqué dans la guerre du Congo mais non. Aux dernières nouvelles, après la libération de deux prisonniers rwandais, ce sera pour très bientôt le retour imminent des vols des avions Rwandair dans le ciel congolais. Résultat de la crise : la présence désormais de deux pays ennemis dans le contrôle du ciel congolais.

Une confusion de relations diplomatiques qui peut cacher anguille sous roche d’un régime assujetti au diktat de ses ennemis au nom des pactes maffieux les ayant portés au pouvoir.

  1. La troisième raison est d’ordre économique. Je jette un premier coup d’œil sur ce qu’est devenue la flotte aérienne congolaise : un seul aéronef encore opérationnel. Je regarde un petit pays comme le Rwandair d’une flotte de 12 avions – dont deux Airbus A330, quatre Boeing 737-800, deux Boeing 737-700. Et l’Ougandair avec 6 avions.

Le Grand Zaïre se met à genoux devant eux pour quémander de l’aide du transport aérien. Les dirigeants de ce pays ont perdu tout sens de de fierté et de dignité. Un grand pays comme le Congo n’a plus qu’un seul aéronef opérationnel incapable de couvrir un territoire à la dimension d’un sous-continent.

Je suis vite allé m’informer sur le prix d’un avion et voilà ce que je découvre : un Airbus d’une autonomie de 9000 km et avec une capacité de 244 passagers coûte 117 millions de dollars américains. Je refais alors le petit calcul de l’argent volé et dilapidé au projet du parc agro-industriel Bukanga Lonzo (300 Millions de $) et au Programme d’Actions de cent premiers jours de la présidence Tshisekedi (497 millions de $). Ce qui nous donne un total de 797 millions de $ soit un total de 7 avions capables de couvrir l’ensemble du territoire congolais. L’argent évaporé dans la nature, les fossoyeurs libres de leurs mouvements et les régies financières nous demandent encore de serrer la ceinture pour d’autres cotisations.
Les dirigeants congolais actuels ont un MÉPRIS incomparable vis-à-vis de leur propre peuple. Une attitude d’un cynisme jamais égalé dans l’histoire contemporaine. Ils n’ont aucune ambition de grandeur de leur pays. Ils fondent leur succès politique sur le pillage systématique de leur peuple et sur sa déchéance totale.

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *