En RDC, il y a résurgence de l’intolérance politique entraînant la fuite et la vie en clandestinité de certains leaders politiques et d’opinion, a constaté le Conseil national de suivi de l’accord de la Saint Sylvestre (CNSA).

Au cours de sa session ordinaire tenue mardi 24 mai à Kinshasa, cette institution d’appui à la démocratie dirigée par Joseph Olenghankoy a dénoncé également l’existence, à travers les prisons du pays, des cas de prisonniers politiques et d’opinion amnistiés mais non encore libérés.

Dans ses recommandations, le CNSA demande aux autorités congolaises de ” poursuivre la libération des prisonniers déjà amnistiés et qui sont encore en détention; de prendre des mesures de clémence en faveur des prisonniers politiques et d’opinion (libération conditionnelle, grâce présidentielle et amnistie).

Aussi, le gouvernement est-il appelé à mettre en œuvre les politiques publiques appropriées qui permettent le rétablissement de la confiance dans les institutions de l’Etat.

” Il s’observe de plus en plus, dans le chef de nos compatriotes un repli sur soi à travers la République par des initiatives à caractère ethnique, tribal, clanique ou provincial laissant transparaître un manque de confiance de la population vis-à-vis du pouvoir central. Le cas du forum du Katanga et d’autres initiatives similaires en gestation dans d’autres provinces, au-delà de leurs objectifs directs, en sont une illustration “, a indiqué Joseph Olenghankoy.

Le CNSA soulève la nécessité de décrisper le climat socio-politique en cette période préélectorale, mais également en prévision de la célébration des festivités marquant le 62ème anniversaire de l’indépendance du pays.

Afriquactu

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *