Le Congrès prévu, ce lundi 23 mai 2022, n’aura pas lieu, a de manière lapidaire, annoncé la cellule de communication de l’Assemblée nationale sans donner les raisons et d’autres détails.

Les députés nationaux et les sénateurs devraient se réunir pour désigner un juge constitutionnel de la composante Parlement, afin de remplacer le juge Mongulu décédé il y a quelques mois. Selon les informations parvenues à Afriquactu, les deux chambres du Parlement ne parlent pas le même langage. Chacune d’entre elles, veut imposer son choix en perspective des élections de 2023, nous dit une source parlementaire.

Le Sénat a déjà désigné son candidat, le sénateur Louis Mbonga Engwanda. Au niveau de l’Assemblée nationale, les députés du Grand Equateur ont jeté leur dévolu sur le député Léon Mondole Esso Libanza, au cours d’une réunion tenue vendredi 20 mai au Palais du Peuple. Les tentatives du président du Sénat de convaincre les élus équatoriens n’ont pas abouti. Ces derniers maintiennent leur choix.

” Après avoir vidé le point inscrit à l’ordre du jour, les députés nationaux après avoir obtenu l’accord du président du Sénat, sont allés présentés à ce dernier leur point de vue en rapport avec le choix du candidat et ce dernier leur a supplie de soutenir le candidat que compte proposer le Sénat toutefois, les députés nationaux ont maintenu leur position, celle de soutenir la candidature de l’Honorable Mondole Esso Libanza Léon “, peut-on lire dans le PV publié par la cellule de communication de l’Assemblée nationale.

Cette réunion a été ténue après celle du caucus ds députés nationaux et sénateurs de la Mongala convoquée sur demande du bureau de l’Assemblée nationale en vue de l’harmonisation des vues sur la désignation du candidat juge de la Cour constitutionnelle en remplacement de feu Juge Mongulu.

Afriquactu

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *