Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) s’inquiète du rejet progressif par l’Assemblée nationale des différentes innovations tendant à renforcer la transparence, l’inclusivité et la régularité des élections de 2023, au moment où, regrette cette structure, le processus électoral est déjà compris par la mise en place sans consensus, des animateurs de la CENI.

La Lucha appelle les élus nationaux à veiller à garantir que la loi électorale contribue à renforcer la transparence, l’inclusivité, la régularité et l’intégrité du processus électoral en cours et des processus à venir.

” La fraude électorale et de l’organisation complaisante des élections passées ont des conséquences désastreuses sur l’etat de notre démocratie et la qualité de nos dirigeants. Cela ne peut perdurer indéfiniment “, tranche le mouvement pro-démocratie.

Par ailleurs, cette organisation de la société civile condamne l’introduction au sein de la proposition de la loi électorale des dispositions qui écarteraient des Congolais du jeu électoral sur base de leurs origines, en violation flagrante de l’article 13 de la constitution.

Aussi, déplore -t-il, le rejet de la proposition interdisant le cumul des candidatures à deux scrutins de même degré; la proposition sur l’abandon de la proportionnelle et l’adoption du scrutin majoritaire simple; la proposition instituant le système transparent de gestion des résultats par leur traçabilité, segmentation et numérisation dans le cadre du centre national de centralisation et de publication des résultats, CNPR, qui publie progressivement au fil de leur transmission; la proposition qui rend obligatoire la remise des PV des opérations de vote à tous les témoins et observateurs; la proposition qui institue la sanction contre le président de la Ceni et ceux qui interviennent dans la transmission et la centralisation des résultats en cas de refus de la publication des résultats bureau par bureau; la proposition visant l’obligation de recomptage des voix dans tout contentieux électoral, partant du pli des résultats réservé à la cour, sans exiger aux parties d’exhiber des PV; la proposition portant interdiction de porter comme suppléants, sous peine d’annulation de l’élection, des parents en ligne directe ou collatérale, ascendante ou descendante, jusqu’au deuxième degré inclus; la proposition portant interdiction de distribuer de l’argent, des biens ayant une valeur pécuniaire ou tout autre avantage ainsi que la sollicitation ou l’acceptation d’un don quelconque pendant la campagne électorale; la proposition portant obligation de publier la cartographie électorale avant la publication du calendrier électoral.

Afriquactu

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *