Les députés membres du G13 ont quitté la plénière de ce jeudi, qui est entrain de lever les grandes options sur la loi électorale. Ils accusent le bureau de l’Assemblée nationale d’avoir instauré une procédure irrégulière et refusé le débat.

Pour Jacques Djoli qui s’est exprimé au nom du G13, le bureau Mboso impose sa volonté au lieu d’ouvrir les discussions afin de lever de manière consensuelle lesdites options. L’élu du MLC s’interroge : ” si on ne discute pas, comment on va lever les option ? “

” Nous avons sollicité un débat, mais apparemment, il n’y a pas de débat. Il s’agit tout simplement des positions des groupes parlementaires et que nous nous n’avons pas l’opportunité d’affronter. Nous préférons peut-être attendre s’il y aura débat au niveau de la Commission (PAJ) . Nous voulons garder la lettre du règlement et l’esprit du parlementarisme ; la lettre du règlement c’est que cette loi a été déclarée recevable. Et donc, elle doit aller en commission pour débat. Et si par consensus, nous devons avoir un cadre intermédiaire informel, ça doit être un cadre de discussions. Or, nous n’avons pas la possibilité de discuter des options. Les options se lèvent en discutant. Si on ne discute pas, comment on va lever les options ? Ce ne sont des options, ce sont des Oukases “, a indiqué le député Jacques Djoli.

Les députés du FCC ont gardé leur position. Ils n’ont pas participé à cette plénière. Les élus de la famille politique de Joseph Kabila exigent toujours des réformes consensuelles en dehors du cadre institutionnel.

Afriquactu

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *