Confier des passeports diplomatiques et nommer ambassadeur les personnalités influentes d’une même nationalité ou non c’est ce qu’on appelle en Diplomatie culturelle Ambassadeur de bonne volonté.Cela va de soit pour tous ceux qu’on nomme Ambassadeur de la paix ou culturelle cela à cause justement de leur notoriété marquée dans l’exercice glorieuse de leur domaine respectif. Sauf que le rôle d’un ambassadeur de bonne volonté c’est de user de sa notoriété dans l’exercice de son domaine pour faire représenter l’Etat ou l’organisation qui l’a nommé ambassadeur et remis son passeport diplomatique, et non d’aller faire outre son domaine pour représenter l’État ou l’organisation qui l’a nommé.

Nommer maître Gims ou jean Claude Van Dam Ambassadeur culturel de la RDC est une chose scientifiquement normale et louable pour la promotion de la diplomatie culturelle congolaise. Le travail devait être d’abord celui de représenter et promouvoir la RDC dans le domaine culturel des ces stars notamment Gims en composant des chansons et organisant des festivals musicaux qui promouvoient la RDC.De même pour Jean Claude Van Dam qui après cette nomination d’Ambassadeur devait tourner des films et organiser des festivals qui promouvoient la RDC dans le domaine cinématographique.

Mais envoyer Jean Claude Van Dam user des ses relations dans le monde pour ramener des investisseurs en RDC comme il le fait présentement à Dubaï est une usurpation de qualité et un aveu d’échec cuisant pour le président congolais qui prouve son manque de connaissance dans la répartition des ses prérogatives régaliennes ainsi qu’une cacophonie dans la substance de sa vision et un échec cuisant pour le premier ministre congolais ainsi que tous le gouvernement qui démontrent leur inefficacité et incompétence dans leur tâche régalienne d’exécution et matérialisation de la vision du président de la République.

Grace Lusakumunu

By Joel Konde

Joel Konde pour vous informé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *